IFLA

As of 22 April 2009 this website is 'frozen' in time — see the current IFLA websites

This old website and all of its content will stay on as archive – http://archive.ifla.org

IFLANET home - International Federation of Library Associations and InstitutionsAnnual ConferenceSearchContacts
*    
Jerusalem Conference logo

66th IFLA Council and General
Conference

Jerusalem, Israel, 13-18 August

 
 


Code Number: 093-123-F
Division Number: IV
Professional Group: Bibliography
Joint Meeting with: -
Meeting Number: 123
Simultaneous Interpretation: No

La bibliographie nationale d'un petit pays dans le contexte international

Bohdana Stoklasova

Avec une partie sur le catalogage matière par
Marie Balikova

Bibliothèque nationale de la République Tchèque
Prague, République Tchèque


Résumé :

La République tchèque fait partie des pays dits "post-communistes". Les gouvernements communistes ne souhaitaient pas accorder leur soutien au bon fonctionnement des bibliothèques, qui supposait des contacts avec les pays développés ou le développement de l'informatisation. En conséquence de quoi, la plupart des bibliothèques sont restées dans l'ignorance des normes internationales. Après la révolution de 1989, la République tchèque s'est lancée dans plusieurs changements fondamentaux, et la bibliographie nationale tchèque, elle aussi, a bénéficié de ce mouvement.

Ce texte décrit les changements opérés dans l'élaboration de la Bibliographie nationale tchèque, et plus particulièrement l'introduction d'UNIMARC, des AACR2, des LCSH à la fois en tchèque et en anglais, avec parfois des liens vers les indices UDC-MRF. Grâce au programme de conversion rétrospective la plupart des monographies imprimées en République tchèque au cours du 20e siècle est maintenant disponible via Internet (WorldCat, CASLIN - Catalogue collectif de la République tchèque, et la base de données de la Bibliothèque nationale) ainsi que sur cédérom (versions anglaise et tchèque).

Sont évoqués aussi le défi que constitue l'introduction de normes internationales dans un délai relativement court, le dilemme "perdre son identité nationale" ou prendre part à la communauté internationale, et l'importance des fichiers d'autorité nationaux pour la coopération tant nationale qu'internationale. Une brève présentation des notices bibliographiques et d'autorité de notre catalogue en ligne, utilisant le système israëlien ALEPH500 et de la version du cédérom de la Bibliographie nationale tchèque est également incluse.


Présentation

Introduction

La Bibliographie nationale tchèque présente les publications d'un petit pays au cur de l'Europe avec une production annuelle d'environ 15 000 monographies imprimées et 3 000 publications en série. Les non-livres, les documents cartographiques et électroniques (en local et à distance) enregistrés dans la Bibliographie nationale tchèque atteignent quelque 5 000 titres par an. La plupart de ces documents sont publiés en tchèque, une langue comprise et parlée par un faible pourcentage de la population mondiale. Cependant la langue et la littérature tchèques sont un sujet d'études dans beaucoup d'universités de par le monde. Les bibliothèques de ces universités ainsi que les bibliothèques nationales visant une couverture documentaire universelle et/ou des fonctions de recherche universitaire ont des collections importantes de ce qu'elles nomment "bohemica".

Quand nous avons commencé à utiliser des bases de données étrangères et à voyager à l'étranger après la révolution de 1989, nous avons vu les notices des bibliothèques américaines pour les imprimés tchèques dans OCLC. Nous n'avons pas aimé la qualité de certaines de ces notices. En particulier, ces notices étaient assez brèves, avec des fautes d'orthographe, non seulement dans le corps des notices mais aussi dans les vedettes (auteurs et matière). Quand nous avons mentionné ce fait lors de notre visite à la Bibliothèque du Congrès, on nous a dit que le catalogage des imprimés tchèques n'était pas une priorité dans les bibliothèques américaines et on nous suggéra, pour remédier à ce problème, de fournir nous-mêmes les notices des imprimés tchèques. C'était un bel exemple d'application du principe du contrôle bibliographique universel, qui veut que chaque pays soit responsable du catalogage de ses propres publications , et qui était connu en théorie plus qu'en pratique dans notre pays. Plus facile à dire qu'à faire, de concrétiser cette idée admirable et logique, notamment parce que le catalogage devait être conforme aux normes internationales. Dans un pays où l'on n'a jamais appliqué les normes internationales, atteindre cet objectif, plutôt facile et évident dans d'autres pays, peut prendre des années, il nous a fallu 10 ans pour y parvenir.

Les pages suivantes décrivent les 10 ans qui nous ont été nécessaires pour produire notre bibliographie nationale sur cédérom (accessible également sur Internet) et d'une qualité suffisante pour que les bibliothèques puissent réutiliser nos notices sans trop de corrections. Je décrirai non seulement nos succès mais je laisserai entrevoir les impasses et les erreurs qui ont allongé le parcours. Je n'espère pas que notre exemple empêchera d'autres pays de faire les mêmes erreurs. Chaque pays doit suivre son propre chemin et acquérir sa propre expérience, erreurs comprises. C'est la vie.

Il y a quelques années, nous étions incapables de prendre conseil et de tirer parti de l'expérience acquise par nos collègues étrangers. Maintenant seulement, ayant acquis notre propre expérience (et mesurant nos erreurs) nous savons qu'ils avaient raison et que notre parcours aurait pu être plus court, plus facile et moins onéreuxmême actuellement, il nous est parfois impossible d'abandonner des habitudes dont je crains qu'elles soient reconnues comme des erreurs d'ici quelques années. Mais voyons ces dix années telles qu'elles furent et non telles qu'elles auraient dû être.

Normes internationales Formats d'échange, descriptions bibliographiques et noms

La première étape significative de l'automatisation et de l'acceptation des normes internationales fut le projet ASNB-K [système automatisé de la production nationale tchèque du livre]. Depuis 1983, des données étaient produites à partir d'un traitement de texte standard : l'objectif n'était pas de créer une base de données de consultation mais seulement de pouvoir préparer l'impression sur papier de la Bibliographie nationale Tchèque pour sa publication mensuelle. L'équipe de projet était chargée d'analyser les notices ainsi créées et d'étudier les normes internationales de catalogage. Par chance, toutes les notices utilisant la ponctuation ISBD, cela leur donnait une sorte de structure unificatrice et pour cette raison, il a été possible récemment de les convertir pour les intégrer à notre base de données moderne. L'emploi de l'ISBD dans la bibliographie était considéré depuis des années par les bibliothécaires tchèques plus comme une curiosité que comme un moyen de normalisation.

L'automatisation "sérieuse" des bibliothèques, prenant en compte des normes internationales plus larges, et leur implantation dans les bibliothèques tchèques démarra plus tard - à la fin des années 80. Il n'y avait presque pas de budget disponible pour l'automatisation des bibliothèques, et comme la plupart des bibliothèques n'avaient pas les moyens d'acquérir un système professionnel pour bibliothèque, la seule solution possible était d'utiliser le système général de base de données CDS/ISIS offert gratuitement par l'UNESCO. Il fallait développer une application "Bibliothèque Tchèque" pour le système CDS/ISIS. La bibliothèque nationale produisit MAKS [système modulaire automatisé pour bibliothèque]. En 1989 MAKS servit de base non seulement à la Bibliographie nationale tchèque mais aussi à l'automatisation de centaines de bibliothèques tchèques utilisant CDS/ISIS dans les années 80.

Le premier format d'échange fut préparé et publié comme module de base de MAKS en 1989. En développant les spécifications pour un format d'échange et bien que connaissant l'existence d'UNIMARC, nous nous posâmes la question : UNIMARC ou format national ? Nous décidâmes de développer notre propre format national d'échange. Ce fut le "Vymenny format pro bibliograficky (dokumentacni) a katalogizacni zaznam" [Format d'échange pour notices bibliographiques et catalographiques]. Heureusement, notre format d'échange était bien structuré et ainsi, par la suite, la conversion en UNIMARC (au milieu des années 90) ne fut pas très difficile. Par chance, il appliquait les principes de l'ISBD, et de cette manière indirecte l'ISBD fut accepté dans beaucoup de bibliothèques tchèques.

Au cours des tests de MAKS, il apparut de plus en plus clairement que nos règles de catalogage étaient obsolètes, notamment en ce qui concerne les vedettes, qui ne relèvent pas de l'ISBD. Nos anciennes règles étaient dépassées, les modèles étrangers existants étaient considérés avec scepticisme et créer rapidement de nouvelles règles n'était pas envisageable. Qui plus est, les professionnels exigeaient des règles pour le catalogage des documents spécialisés. Pendant la discussion sur la préparation de nouvelles règles de catalogage, il fut suggéré d'accepter les AACR2, mais cette proposition fut rejetée. Nous avions toujours été fortement influencés par les règles de catalogage étrangères (instruction prussiennes ; règles de catalogage soviétiques) et nous ne voulions pas être à nouveau influencés par un autre ensemble de règles. Quoi qu'il en soit, nous avons admis que nous n'étions pas seuls au monde et un compromis fut proposé : développer des règles de catalogage tchèques basées sur les AACR2, ou plutôt sur leurs principes positifs uniquement, et les compléter avec d'autres règles étrangères. Un groupe de travail de 40 bibliothécaires produisit un pavé de 597 pages, les nouvelles "Pravidla jmenneho popisu" [règles de catalogage descriptif] devaient paraître en 1993. Mais les nouvelles règles ne furent jamais publiées.

La combinaison des principes positifs des différents ensembles de règles de catalogage donna un très bon résultat théorique mais il manquait de cohésion et son application "en vrai" était loin d'être aisée. Quand nos bibliothécaires commencèrent à voyager à l'étranger après 1989, ils revinrent sachant que le catalogage partagé à la fois au niveau national et international est indispensable, la normalisation essentielle, et que des règles développées localement peuvent difficilement rivaliser avec des normes internationales. Visiblement, un petit pays avec une production éditoriale peu abondante, dans une langue mineure, n'avait aucune chance de changer des règles de catalogage déjà existantes et selon lesquelles des millions de notices avaient déjà été rédigées. Si nous voulions faire partie de cet univers, il nous fallait en accepter les règles. Nous réalisâmes enfin que des règles spécifiques et nationales de catalogage, quelle qu'en soit la perfection, menaient inévitablement à l'isolement. L'équipe de 40 membres fut renvoyée cependant que l'idée de traduire les AACR2 gagnait du terrain. Nous décidâmes de traduire les AACR2 et de les analyser dans tous leurs détails et leurs implications. Nous voulions particulièrement étudier de façon impartiale les règles qui pouvaient être inacceptables dans la tradition de catalogage tchèque, et appuyer notre opinion sur des exemples spécifiques. La même approche fut utilisée pour UNIMARC.

Dans les années 90, les bibliothèques tchèques commencèrent à utiliser des systèmes intégrés de bibliothèque. En 1992, la Fondation Andrew W. Mellon proposa le projet CASLIN [Réseau d'information des bibliothèques tchèques et slovaques]. Dans leur déclaration d'intention, les directeurs des 4 principales bibliothèques tchèques et slovaques (y compris les bibliothèques nationales des 2 pays, responsables de leur bibliographie nationale) approuvaient la mise en place, sur une base solide, d'un réseau de bibliothèques à dimension nationale pour fournir aux utilisateurs nationaux et étrangers un accès facile rapide et sans restriction à l'information conservée ou transmise par l'intermédiaire des bibliothèques et centres d'information. Dès le début de CASLIN, il fut envisagé d'associer normes internationales de catalogage et catalogue collectif. En 1994, le comité des directeurs de CASLIN approuva et annonça les recommandations suivantes pour le catalogage dans le catalogue collectif de CASLIN :

  • toutes les notices devaient être créées en UNIMARC
  • les règles de catalogage étaient les AACR2
  • les notices du catalogue collectif de CASLIN devaient être conformes à l'ISBD
Cette déclaration était extrêmement importante : il fallait l'appliquer et elle nous empêchait de changer d'avis en cas d'opposition à l'introduction des normes internationales, ce qui eut lieu !

Malgré notre déclaration de principes, il n'était pas facile d'appliquer les normes retenues, l'absence de version tchèque n'étant pas la moindre des raisons. Traduire tous les outils nécessaires nous pris bien plus longtemps que prévu, principalement parce qu'il n'existait pas de terminologie tchèque pour certains concepts nouveaux. Sans exemple d'application des règles à des cas réels, il était très difficile de cerner complètement certains concepts et de les traduire dans toutes leurs acceptions.

Notre rapport aux AACR2 était digne de "Catch 22" : sans interprétation des normes il était presque impossible de les appliquer, mais sans les appliquer il était très difficile d'établir des règles d'application. Avant de se mettre d'accord sur une interprétation, il était crucial de tester les normes pour comprendre leurs ramifications, de "vivre avec" afin de pouvoir distinguer ce qui nous déplaisait parce que c'était nouveau et différent de ce qui était fondamentalement étranger à notre tradition. L'application initiale des AACR2 exigea beaucoup de nos catalogueurs.

Tant que nos bases de données furent de petite dimension, nous avons eu tendance à accorder plus d'attention aux notices bibliographiques qu'aux notices d'autorité. Le besoin d'autorités contrôlées fut sous-estimé pendant quelques années. Ce fut seulement lorsque nos bases de données commencèrent à croître et que nous commençâmes à charger des notices que nous accordâmes au contrôle des autorités l'attention qu'il méritait. Un nouveau service de contrôle des autorités a été créé tout récemment. Il est responsable du nettoyage des fichiers d'index accumulés durant la longue période où le contrôle d'autorité était négligé et de la création de notices d'autorité pour les noms de personnes et de collectivités.

Catalogage matière et mots matière

Pour fournir à nos utilisateurs (en local et à distance) l'accès complet aux documents l'introduction seule de l'ISBD ne suffisait pas. Il nous fallait aussi fournir des données de haute qualité (normalisées) pour les accès par sujet. La nécessité d'un changement (principalement pour les vedettes matière) se fit jour au début des années 90, mais nous ne fûmes prêts à le faire qu'à la fin des années 90. Ce n'avait pas été aussi difficile avec la classification parce que nous utilisions la Classification décimale universelle depuis longtemps. Nous n'adoptâmes le système CDU en ligne (CDU-MRF) qu'en 1999.

Comme nous voulions avoir des vedettes matière acceptables non seulement au niveau national mais aussi international, nous devions changer les vedettes matière tchèques basées sur notre ancienne norme nationale, qui était très différente de toutes les normes internationales. Il nous fallut choisir un des systèmes internationaux (nous avons choisi LCSH) et appliquer ses principes à nos vedettes matière nationales. Bien sûr, les versions en tchèque et en anglais ne se correspondent pas à 100%, mais il est facile d'ajouter des termes tchèques similaires aux accès en anglais du LCSH dans les notices déchargées d'OCLC pour les acquisitions étrangères et inversement, pour les notices versées dans OCLC, d'ajouter les équivalents LCSH des vedettes matière tchèques dans les notices de la Bibliographie nationale tchèque, plutôt que de créer des vedettes matière parallèles dans ces deux langues, qui reposent sur des philosophies complètement différentes

Comme les vedettes matière sont exprimées dans des langues nationales, il est difficile de trouver une "recette internationale à appliquer. Après de nombreux débats, LCSH fut finalement choisi. Quoi qu'il en soit, il nous a semblé utile de répondre aux besoins locaux aussi bien qu'aux recommandations, on a donc établi quelques modifications aux LCSH :

  • dans les vedettes matière NLSH on préfère la subdivision géographique directe, i.e. la subdivision géographique suit immédiatement la vedette principale ou la combinaison vedette principale / subdivision sujet.
  • on a retiré les subdivisions de forme de la chaîne d'indexation matière et un champ spécifique leur a été attribué (608 en format UNIMARC)
  • les termes génériques représentant des groupes de personnes ou des collectivités sont utilisés plus fréquemment dans notre système afin :
  • d'ajouter des points d'accès supplémentaires aux notices bibliographiques
  • de permettre des liens par l'intermédiaire des noms d'entités (personnes, collectivités) entre vedette matière et indice CDU correspondant
  • d'extraire des chaînes d'indexation matière des noms toute information supplémentaire (thématique, géographique ou chronologique) pour la reporter dans une chaîne d'indexation matière "groupes de personnes et types de collectivités" pour faciliter le contrôle automatique des autorités matière et la maintenance des noms d'entités
  • d'ajouter un jeu de vedettes matière à un document en utilisant des termes correspondant à des concepts afin d'affiner les vedettes matière "larges", ce qui rend plus facile l'établissement de liens entre vedettes matière et descripteurs (thesaurus ou vocabulaire contrôlé)

Ces changements (dus aux différences entre LCSH et NLSH) impliquent un glissement à un système post-coordonné que nous trouvons plus efficace dans un environnement en ligne.

Pour l'utilisation de la CDU, il fut décidé de :

  • améliorer la recherche multi-critères pour les utilisateurs de l'OPAC en établissant des liens entre les vedettes noms communs, les combinaisons vedettes principales/subdivision sujet, les vedettes de genre ou de forme des notices d'autorité et l'indice CDU approprié
  • suivre la recommandation IFLA selon laquelle il faut "tenir compte des relations possibles entre les notices d'autorité matière et la classification systématique"
  • améliorer la qualité des données matière pour diminuer les approches subjectives dans l'indexation matière d'un document
  • affiner l'indexation CDU pour mieux identifier les sujets
  • utiliser seulement les indices CDU qui indiquent le sujet et le genre ou la forme et exprimer les autres éléments (géographiques, chronologiques) par des codes ou des expressions

Dans ce processus d'ajout d'équivalents en anglais aux vedettes matière dans les notices de notre bibliographie nationale, nous avons tenté de respecter les plus importantes recommandations de la politique de catalogage matière de la Bibliothèque du Congrès, mais c'est pour nous un processus très exigeant. Nous espérons que la situation s'améliorera après la mise en uvre de la nouvelle version du système ALEPH, c'est-à-dire quand nous pourrons utiliser le protocole Z 39.50.

Comme cette étude le montre, nous ne nous soustrayons pas complètement aux normes internationales, bien que nous ayons mis longtemps à les accepter. Heureusement, nous n'avons pas l'impression, en les acceptant, d'avoir détruit ou réduit notre identité nationale. Au contraire : quand nous avons commencé à consulter les notices faites par les bibliothèques américaines pour les imprimés tchèques dans OCLC, nous n'avons pas été satisfaits de la qualité de certaines de ces notices. Maintenant, nous fournissons nos propres notices pour les imprimés tchèques dans la base de données WorldCat. Visiblement, cette coopération est fructueuse pour les deux parties, car nous recevons volontiers tous les revenus que nous pouvons obtenir. Notre apport est un plus et la possibilité d'importer des notices d'ouvrages étrangers est aussi, économiquement parlant, la bienvenue : nous n'avons pas à cataloguer ces documents étrangers et pouvons accorder plus d'attention au catalogage des documents tchèques. Un autre avantage est qu'à travers ces notices, nous voyons plus d'exemples d'application correcte des normes internationales de catalogage, augmentant ainsi la connaissance que nous en avons. Pour nous, ce n'est pas une perte d'identité nationale, mais plutôt un argument en faveur de l'abandon des stéréotypes "nationaux". Mais est-ce vraiment des stéréotypes nationaux ou internationaux, dans le sens que les catalogueurs du monde entier détestent le changement ? Chaque fois que nous avons bataillé pour faire accepter les normes internationales, il y avait toujours le souhait sous-jacent de conserver autant que possible le statu quo.

Un autre problème, plus sérieux, qui complique l'acceptation des normes internationales est le manque de normes réellement "internationales". Il serait bien plus facile pour chacun, aujourd'hui, de pouvoir accepter les normes internationales actuelles, si elles étaient réellement internationales (et n'émanaient pas en majorité du monde anglo-saxon). Ce serait la garantie qu'on n'aurait à faire ni conversions, ni analyses des différences entre normes soi-disant "internationales".

Cela devrait se produire au 21e siècle, lorsque les catalogueurs, soumis à la pression économique comme d'autres secteurs de nos sociétés, devront accepter des compromis pour développer et adopter des normes réellement internationales. Plus personne ne sera enclin à développer et utiliser des normes locales, plus personnes n'aura à chercher des solutions dans un format "international" (MARC21) et à essayer de les intégrer à un autre format "international" (UNIMARC). Cela se produit souvent actuellement lorsqu'on pratique le catalogage partagé, et donne lieu en général à des conversions suivies d'un traitement plus ou moins lourd. Personne n'aura les moyens de se consacrer à de telles entreprises. Le temps que mettra cette perspective à se réaliser dépend des conditions économiques, du niveau de coopération internationale et des exigences des usagers envers leurs bibliothèques.

La Bibliographie nationale tchèque courante depuis 1994 est disponible sur cédérom et par Internet dans le catalogue informatisé de la Bibliothèque nationale tchèque et dans CASLIN, le catalogue collectif tchèque. Les notices sont disponibles sur WorldCat. Toutes les notices disponibles en format MARC (depuis 1983) ont été converties en UNIMARC et sont disponibles de la même manière. Mais qu'en est-il des notices plus anciennes ?

La conversion rétrospective

A la fin de l'an 2000, un important projet aura été achevé : "rendre la production tchèque du 20e siècle largement disponible". Ses résultats sont déjà accessibles par Internet et sur cédérom. La majeure partie du demi million de notices, environ, représentant l'édition tchèque depuis 1922, viennent du Catalogue Bibliographique imprimé. En outre, des notices venant d'autres bibliographies datant du début du 20e siècle seront aussi converties. La plupart des entrées du Catalogue Bibliographique sont en fait des notices détaillées contenant des entrées secondaires, des vedettes matière, des indices CDU et souvent aussi des notes. D'un point de vue international ce sera un grand enrichissement des projets UBCIM et UAP, et les notices sont aussi disponibles dans la base de données de l'OCLC, WorldCat. Et, bien sûr, au niveau national, la mise à disposition en ligne de ces notices permet une rétroconversion plus rapide et moins chère pour de nombreuses institutions en République Tchèque.

En fait, 9 grandes bibliothèques de recherche tchèques participent à cet effort commun : chaque institution participante est en train de convertir des parties spécifiques du Catalogue Bibliographique. Il s'ensuit que le nombre de fiches restant à convertir dans leur propre catalogue diminue. Grâce à ce projet, à la fin du 20e siècle, la majorité des imprimés tchèques (c'est-à-dire ceux déposés à la BN au titre du dépôt légal) publiés au cours de ce siècle seront disponibles en UNIMARC (et en MARC21 sur WorldCat), Je tiens à préciser que ce travail en commun a reçu dès le départ la bénédiction et le soutien financier de la Fondation Andrew W. Mellon et par la suite de notre propre Ministère de la Culture, sans qui cette étape n'aurait pas été possible.

Une technique spéciale a été mise au point pour ce projet, un processus comprenant 3 phases :

Etape 1 - Scanner : les pages de la bibliographie imprimée sont scannées avec un équipement conforme à l'état de l'art, ce qui garantit des images de haute qualité, essentielle à la suite du processus.
Etape 2 - OCR : les images scannées sont converties d'un format image (TIF) en ASCII (texte non-formaté) à l'aide de l'OCR Etape 3 - formatage (saisie d'étiquettes) : dans cette étape finale les notices ASCII non structurées sont converties en notices UNIMARC. Selon le degré de clarté de la notice originale, l'ajout des étiquettes peut être fait automatiquement, lorsque l'utilisation d'un algorithme spécifique est possible. Les notices auxquelles le traitement automatique ne convient pas sont traitées manuellement, c'est-à-dire qu'un membre de l'équipe analyse la notice et ajoute les étiquettes nécessaires à chaque champ. Notre logiciel spécialisé nous permet de créer des notices de grande qualité en peu de temps.

Conclusion

Cette communication consacrée à la Bibliographie nationale Tchèque dans le contexte international aborde principalement l'introduction des normes internationales pour la description bibliographique et le catalogage matière. En ce qui concerne les normes internationales, nous sommes partis presque de zéro il y a 10 ans ; aujourd'hui, la Bibliographie nationale Tchèque pour tout le 20e siècle est disponible par Internet sur le catalogue informatisé de la Bibliothèque nationale (et par Z 39.50 après la mise en place d'ALEPH 500), dans CASLIN, le catalogue collectif tchèque et dans WorldCat. Les notices sont disponibles en UNIMARC et en MARC 21. Depuis 1995 la description bibliographique est établie conformément aux AACR2 et depuis 1999, les notices sont indexées selon la CDU (UDC-MRF) et contiennent des vedettes LCSH à la fois en tchèque et en anglais. Aux notices bibliographiques des monographies et des périodiques (avec notices analytiques) s'ajoutent les non-livres, les documents cartographiques et électroniques (en local ou à distance). De plus, nous commençons à relier les notices bibliographiques aux notices d'autorité en format UNIMARC.

Les notices de la Bibliographie nationale tchèque établies à la Bibliothèque nationale sont largement utilisées par les bibliothèques tchèques et étrangères. Nous n'avons plus de normes nationales, mais nous ne pensons pas avoir perdu notre identité nationale pour autant. Au contraire, nous sommes devenus totalement responsables du contrôle bibliographique des documents tchèques dans tous les formats, non seulement en théorie mais dans les faits - les notices créées à la Bibliothèque nationale de la République Tchèque ont remplacé le catalogage original des documents tchèques accompli dans de nombreuses universités étrangères.

Bibliographie :

  1. ASNB-K : provadeci projekt automatizovaneho systemu ceske knizni narodni bibliografie. - Praha, Statni knihovna CSR, 1983
  2. Modularni automatizovany knihovnicky system. - Praha : Statni knihovna CSR, 1989. - 7 modules
  3. ISBD(G) : Vseobecny mezinarodni bibliograficky popis. - Praha : Narodni knihovna, 1993
  4. Vymenny format pro bibliograficky (dokumentacni) a katalogizacni zaznam. - Praha : Statni knihovna CSR, 1989
  5. Pravidla jmenneho popisu : verze 0.2 / Hana Vodickova ... [et al.]. - Praha : Narodni knihovna v Praze, 1992
  6. Zaznam pro souborny katalog. - Praha : Narodni knihovna v Praze, 1994
  7. Anglo-americka katalogizacni pravidla / American Library Association.- Praha : Narodni knihovna Ceske republiky, 1996
  8. UNIMARC manual : bibliograficky format / IFLA. - Praha : Narodni knihovna Ceske republiky, 1996
  9. UNIMARC/autority : univerzalni format pro autority / IFLA. - Praha : Narodni knihovna Ceske republiky, 1996.
  10. AACR2R/UNIMARC : schvalene ceske interpretace. Verze 2 (leden 1999) [http://www.nkp.cz/standard/def_int.htm]
  11. UNIMARC in Czech libraries / Edita Lichtenbergová, Bohdana Stoklasova [paper for the 64th IFLA General Conference, 1998] [http://www.ifla.inistr.fr/IV/ifla64/079-161e-htm]
  12. Guidelines for subject authority and reference entries / IFLA. - München : Saur, 1993
  13. Subject cataloging manual: subject headings / Library of Congress. - 4th ed. - Washigton, D.C. : Library of Congress, 1991
  14. Library of Congress subject headings : principles and application / Lois Mai Chan. - Englewood : Libraries Unlimited, 1995
  15. Retrospective conversion in Czech libraries / Bohdana Stoklasova, Miroslav Bares. -- Praha : Narodni knihovna, 1995
  16. Retrospective conversion in Czech libraries / Bohdana Stoklasova, Miroslav Bare // International conference on library automation in Central and Eastern Europe. - Luxembourg : European Commission, 1997. -- s. 195-206
  17. Retrospective conversion at the National Library of the Czech Republic / Bohdana Stoklasova //
  18. ABDOS-Tagung : Referate und Beiträge. -- Band 22 (1997), s. 134-141

*    

Latest Revision: July 5, 2000 Copyright © 1995-2000
International Federation of Library Associations and Institutions
www.ifla.org